Le continent perdu de Mu

Quel est-ce continent ? Quel mystère tourne autour de lui ? A-t-il vraiment existé ou bien est-ce une pure invention pour alimenter l’imaginaire des gens du XIXe siècle ? 

Nous partons à la découverte du continent de Mu pour répondre à ses questions, ou pas.

Le continent de Mu est un continent mythique qui aurait été submergé après un cataclysme ; au même titre que l’Atlantide et la Lémurie. Attention, beaucoup de monde confond Mu avec ces continents. Leur différence est leur localisation, Mu se situerait dans l’océan Pacifique, alors que la Lémurie dans l’océan Indien et quant à l’Atlantide dans l’océan de l’Atlantique.

On entend parler de Mu pour la première fois par le missionnaire français Charles Étienne Brasseur de Bourbourg (1814 – 1874). En 1867, il traduit le codex maya Tro-Cortesianus découvert au Yucatan et affirme avoir déchiffré une histoire d’une terre qui a été engloutie dans l’océan Pacifique.

Augustus Le Plongeon (1825 – 1908), photographe français, tente également de traduire le Codex Tro-Cortesianus, mais lui le situe dans l’océan Atlantique et se hasarde sur la civilisation mulienne qui aurait disparu il y a plusieurs millénaires lors d’un cataclysme. Il s’avance aussi sur leurs avancées technologiques qui dépasseraient celles de son époque et sur la destruction du continent provoquée par les dieux, car ces derniers les jugeaient décadents.

Ces recherches sont reprises bien plus tard par l’écrivain britannique James Churchward (1852 – 1936), qui quant à lui fait une toute autre proposition sur le continent de Mu, et le situe au milieu de l’océan Pacifique comme Brasseur de Bourbourg. Il fait part de cette recherche à travers son ouvrage : Mu, le continent perdu publié en 1926, il s’agit du premier opus de sa série composée de cinq ouvrages consacrés à Mu.

Dans son récit, il explique qu’il a pris connaissance du continent par le biais d’un prêtre indien. Lors de son séjour en Inde, il découvrit d’étranges tablettes écrites dans une langue ancienne. Le prêtre indien, dont il se lia d’amitié, lui apprit cette langue morte et lui expliqua qu’il s’agissait de la “langue originelle de l’humanité” et que seuls trois prêtres indien en avaient la connaissance. Il lui expliqua aussi que ces tablettes ont été rédigées par les Naacals, il s’agit “d’une confrérie religieuse envoyée de la Mère-patrie [le continent Mu] aux colonies pour enseigner les écritures saintes, la religion et les sciences” selon Churchward. Le terme Naacal désigne également la langue des muliens. À la suite de son voyage, il partit dans le monde entier à la recherche d’autres traces de cette civilisation, et trouva d’autres tablettes en Egypte, en Grèce, en Amérique centrale, sur les îles de Pâques… Il affirme que ces grandes civilisations, où il a trouvé les tablettes, ont pour origine commune Mu.

D’autres personnes ont tenté de trouver Mu, mais en vain. Aujourd’hui, seuls les passionnés de mystère et des anciennes civilisations spéculent sur l’existence du continent de Mu, essayant de trouver une explication sur notre origine.

Mu entre réalité ou fiction ?

Après une courte historiographie sur le continent de Mu, nous pouvons nous demander à juste titre, s’il existe vraiment étant donné que les dires des premiers chercheurs sont un peu capillotractés. 

En effet, les recherches de Brasseur de Bourbourg et de Le Plongeon ont été réfutées par les spécialistes du XXe siècle, il s’avère que leurs traductions du codex Tro-Cortesanius sont inexactes. En ce qui concerne Churchward, sa recherche est considérée comme de la pseudoscience, il se base sur des tablettes que lui seul a pu voir. Par conséquent, peut-on alors considérer son récit comme une véracité qui prouve l’existence de Mu ou bien est-ce une invention mise en superposition avec des faits réels ?

En dépit des recherches faites sur le continent perdu, on a à ce jour aucune preuve tangible qui prouve l’existence d’une civilisation d’un continent englouti. De plus, les géologues modernes écartent l’existence du continent mu par la théorie des plaques tectoniques (théorie qui se base sur la dynamique des plaques). D’autres se basent sur l’observation des fonds sous-marins, qui n’est pas concluante sur la présence d’une surface engloutie pouvant être assimilée à un continent.

Malgré tout, certains continuent à chercher le continent de Mu, et émettent leur propre hypothèse. Dans les hypothèses récentes, nous pouvons mentionner la découverte de la structure immergée de Yonaguni. La structure est en grès et a été découverte par un plongeur local en 1985, au sud de l’île de Yonaguni dans l’archipel de Ryukyu.

Yonaguni a fait l’objet de divers débats sur son origine si elle est de fait naturelle ou humaine. Ceux qui s’avancent sur l’idée de ruines d’une ancienne civilisation créée par les hommes ; argumentent leur point de vue par la présence de marches bien marquées et des tronçons semblables à des rues.

D’autres, comme Frank Ferrandis, émet l’hypothèse que Mu correspondrait au continent Sundaland qui jadis a existé lors de la dernière glaciation, il y a environ 21 000 mils an où le niveau des océans était beaucoup plus bas qu’aujourd’hui. On estime que depuis la dernière période glaciaire les océans ont augmenté de plus de 120 m de hauteur. Le Sundaland se situe dans l’écozone indomalaisien rassemblant la Malaisie et l’Indonésie en un seul continent. Il serait une thalassocratie à l’origine des ressemblances culturelles entre les civilisations de la Mésoamérique et celles d’Asie, il serait comme un carrefour qui aurait permis la diffusion culturelle à travers le Pacifique qui est un vaste océan.

Frank Ferrandis consacre un article sur sa théorie, dans la revue Génération Cités d’or, où il expose les similitudes architecturales, techniques et artistiques entre ces deux aires géographiques dont le Pacifique les sépare.

Mu dans la pop culture

Si Mu a existé ou non, son concept n’a pas empêché d’être repris pour alimenter l’imaginaire des individus à travers la pop culture. 

Petits et grands, nous avons tous entendu parler du dessin animé franco-japonais Les Mystérieuses cités d’or suivant les aventures d’Esteban, Zia et Tao. L’empire de Mu est une partie intégrante de la série, en effet Mu est à l’origine des sept cités d’or et Zia et Tao en sont les derniers descendants. Il situe le continent dans l’océan Pacifique et aurait sombré suite à un cataclysme tout comme l’Atlantide.

Mu est également mentionné dans la bande-dessinée Corto Maltese, la série est écrite et dessinée par Hugo Pratt (1927 – 1995) racontant les aventures du marin Corto Maltese. Pour la 29e aventure de Corto Maltese sous la direction de Hugo Pratt, il fait partir le héros à la recherche du continent perdu de Mu.

 Dans cet album, Pratt fait beaucoup d’allusion à des mythes et légendes de diverses civilisations comme le lieu mythique d’Aztlan des aztèques, d’Atlantide et de la découverte des Amériques bien avant Christophe colomb.

Nous retrouvons aussi le continent de Mu dans les jeux vidéo comme dans le jeu Civilization VI où Mu est un nom utilisé pour les continents générés dans le jeu. Ou bien le MMORPG (massively multiplayer online role-playing game) Mu Online, un jeu coréen qui se base sur le continent de Mu.

Dans la musique, le groupe de rock français Mü tire son nom du continent mythique.

Mu est un sujet tout à fait intéressant, dont l’étude peut être à la fois une réelle réflexion sur son existence ou bien nourrir notre imaginaire en nous faisant partir dans des aventures fantastiques.

Aurélie Pubert

Sources :

  • James Churchward (1969) – Mu, le continent perdu, Paris : édition J’ai lu, L’aventure mystérieuse.
  • Pratt Hugo et al. (2012) – Mu : la cité perdue, Paris : Castermann.
  • Les Mystérieuses Cités d’or (1982), série télévisée d’animation.
  • Frank Ferrandis (2021) – “Mu et les atlantides », In : Génération Cités d’or, n°8, automne-hiver 2021, pp 72-84.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s