Le château de Vaux-le-Vicomte : entre scandale et modernité

« Il me fit voir en songe / Un palais magnifique, des grottes, des canaux, / Un superbe portique, des lieux que pour / Leur beauté, j’aurais pu croire enchantés, si Vaux n’était point au monde1. » Ce « palais magnifique » dont parle le poète Jean de La Fontaine est le château de Vaux-le-Vicomte, construit selon les plans de Louis Le Vau. Retour sur un lieu chargé d’histoire au cœur d’un scandale digne du Roi Soleil !

Lire la suite: Le château de Vaux-le-Vicomte : entre scandale et modernité

Une demeure à la hauteur de son commanditaire

En 1641, Nicolas Fouquet, Surintendant des Finances depuis 1653, acquiert le fief de Vaux-le-Vicomte, lui conférant le titre de vicomte de Vaux. Situé sur la commune de Maincy, en Seine-et-Marne, le château de Vaux-le-Vicomte est construit sur un ensemble de 500 hectares dont 70 sont consacrés au jardin. Il est placé stratégiquement entre deux résidences royales : le château de Vincennes et celui de Fontainebleau. Le château est constitué d’un corps central avec trois avant-corps côté cour et d’une rotonde côté jardin, le tout surélevé d’un dôme central. À noter que la construction de l’édifice a nécessité le déplacement de trois villages, de travaux de déboisement et de terrassement considérables ainsi que la main d’œuvre de milliers de maçons, d’artisans et de jardiniers. L’ampleur des travaux est un indice de l’entreprise unique et royale engagée par Nicolas Fouquet qui souhaite une demeure grandiose reflétant son ascension sociale.

Le château de Vaux-le-Vicomte.

Des artistes de prestige

Pour la réalisation de son château, Fouquet réunit trois artistes jouissant déjà d’une réputation : Louis Le Vau (1612-1670), nommé Premier architecte du roi en 1654, Charles Le Brun (1619-1690) qui obtient le titre de Premier peintre du roi en 1664 et André Le Nôtre (1613-1700), promu contrôleur général des Bâtiments en 1656. Les divers éléments mis en scène sont en parfaite symbiose. Le domaine impressionne par sa cohérence et son unité. Les parterres de broderie, les bassins et les fontaines forment, avec l’ensemble des végétaux et des bâtiments, une réalisation singulière, harmonieuse et juste par ses proportions.

Tout au long de la construction du château, Nicolas Fouquet a engagé le dessinateur Israël Silvestre pour promouvoir la beauté du site. 24 vues illustrent ainsi les nouveaux jardins qui flattent le commanditaire en donnant l’illusion que le domaine est sans limite. Pour la première fois, Le Nôtre crée un jardin aux dimensions du paysage, entièrement visible du château en utilisant les lois de la perspective et les effets d’optique pour créer une complète harmonie.

Mais les démonstrations de la richesse de Nicolas Fouquet ont fortement déplu au Roi Soleil. Après avoir donné une somptueuse fête le 17 août 1661, Fouquet est arrêté à Nantes, le 5 septembre de la même année, par d’Artagnan, sous l’ordre de Louis XIV, fortement incité par son ministre Colbert. Finalement, Fouquet finit sa vie à la prison de Pignerol où il meurt le 23 mars 1680. Néanmoins, tous les travaux de Vaux ont été interrompus dès l’arrestation de Fouquet. Le domaine est alors acheté en 1875 par un amateur d’art, Alfred Sommier, qui entreprend un immense travail de restauration, permettant au château d’être classé au titre des Monuments historiques.

Une synthèse entre l’architecture privée d’aristocratie et royale

Le château de Vaux-le-Vicomte n’a pas seulement été un modèle pour la résidence royale du Roi Soleil mais aussi pour l’Europe. En effet, le style de Louis Le Vau a su s’exproprier au-delà des frontières françaises, notamment à Stockholm avec le château de Steninge, construite par Nicodème Tessin le Jeune. La symétrie des bâtiments et du parc rappelle incontestablement celle de Vaux-le-Vicomte. Le monumental escalier impressionne dès l’entrée du château, affirmant la majesté du lieu.

Le château de Steninge à Stockholm.

Vaux-le-Vicomte représente l’aboutissement d’une longue évolution qui remonte à la Renaissance, au cours de laquelle les différents éléments du château classique à la française se mettent en place. Les dispositifs de défense, souvenirs des châteaux fortifiés, disparaissent au profit d’une maison de plaisance, isolée de la campagne par ses jardins et son parc.

Un château majestueux

Le château de Vaux-le-Vicomte a émergé des terres dans une volonté d’entreprise unique et aux ambitions royales liées à son commanditaire. Le domaine illustre une parfaite harmonie entre l’architecture et le paysage et témoigne d’une relation nouvelle qui s’est instaurée entre les bâtiments, les décors et les jardins. Il a été, au milieu des années 1650, le chantier majeur de la mutation de l’architecture française classique réinterprétée par Louis Le Vau. Le château est une mise en scène servant à glorifier son commanditaire. La scénographie monumentale du domaine et l’effet théâtral symbolisent le pouvoir et l’ascension sociale de celui-ci. Comme le précise Marc Fumaroli, « Vaux-le-Vicomte est le nom d’un château, mais d’un château à jamais associé au souvenir d’une fête2 » et même au souvenir d’un homme. L’utopie de Fouquet était de parvenir à une synthèse entre économie de loisir et de politique, entre une aristocratie et une monarchie puissante. La volonté de ce dernier se trouve finalement abouti à Versailles par le roi lui-même.

Aujourd’hui, le château fait office de musée transmettant chaque année à plus de 300 000 visiteurs l’expérience d’une vie aristocratique à la campagne.

1Jean de La Fontaine, Le Songe de Vaux, neuf fragments qui décrivent le château de Vaux-le-Vicomte, pendant sa réalisation, réunis dans une édition posthume en 1729.

2 Marc Fumaroli dans la préface de Vaux-le-Vicomte, Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris : Éd. Scala, 2002.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s